Groupe de travail EQuiL " EQuipe Imaginaires et Lettres de la Prémodernité"

EQuIL EQuipe Imaginaires et Lettres de la prémodernité

EQUiL fédère des recherches décloisonnées, récusant les frontières séculaires et les clivages entre littérature et histoire des idées, pour envisager les textes dans leurs contextes, au sein d’un intérêt anthropologique pour la production imaginaire (notamment la littérature dans son interaction avec les arts visuels) les pratiques culturelles et le débat intellectuel de la première modernité (de la fin du Moyen Âge au milieu du XVIIIème siècle). Cet axe converge avec les perspectives scientifiques de l’IRHIM sur la construction de la pensée, autant que de l’impensé imaginaire, de la modernité européenne du XVe au XIXe et XXe siècles.

Dans les années 2000, EQuIL a fondé son identité sur des chantiers collectifs visant à éclairer la résistance souterraine, notamment chez les hétérodoxes et les libertins, au triomphe d’une rationalité conceptuelle, logique et mécaniciste. On a cherché à retrouver les tracées d’un imaginaire de la nature, dans la lignée des écritures cyniques et épicuriennes et à rouvrir le dossier fécond, sur le plan esthétique autant que cognitif, de l’imagination comique et burlesque.

La mise en mots et en images de topiques paradoxales ou d’une nature extrême a suscité dès 1998 des colloques innovants : Penser la nuit et surtout Figurations du volcan à la Renaissance qui a donné lieu à une riche coopération interuniveritaire entre le CERHAC et les équipes de littérature et de géographie de l’Université Blaise Pascal, déclinant des approches transversales et comparatistes de ces reconfigurations de l’imaginaire et du savoir volcanique, de l’Antiquité jusqu’au XXe siècle. Les études menées (Mémoire du volcan et modernité, publié chez Champion ; Nature et politique, logique des métaphores telluriques, ou encore Villes et volcans, Le Vésuve en éruption, Penser le risque à l’Age classique), éditées dans le cadre d’une collection originale fondée à cette occasion aux Presses de l’Université Blaise Pascal) ont pleinement vocation à étayer une orientation écopoétique, qui se poursuivra en 2017 par des travaux sur la nature et les savoirs du vivant à la Renaissance, en collaboration avec le Dipartimento di Studi Umanistici de l’université de Macerata et avec des chercheurs associés spécialistes d’histoire de l’art et d’études environnementales. Ces pistes de travail vivantes, qui font partie du patrimoine d’EQuIL, de l’UBP et de la MSH de Clermont, s’intègrent à l’axe 2 de l’IHRIM (Histoire et imaginaire des sciences et des techniques).

Dans le prolongement de recherches « traversières » sur les Poétiques du burlesque et Rire des dieux (en collaboration avec Alain Montandon et Véronique Gély au CRLMC), la diffusion et l’édition par Dominique Bertrand de l’œuvre d’un poète et musicien hors-normes (Les Aventures et les Prisons de Dassoucy, Paris, Champion, 1998) l’ont incitée à rouvrir un nouveau chantier collectif sur les avatars de la « muse facétieuse » dans le cadre d’un bouleversement du rapport au rire et au serio-ludere. Le projet MSH monté autour de cette pratique polymorphe visait à une compréhension littéraire et anthropologique des mutations formelles et sociales de la société d’Ancien Régime. Dans cette dynamique exploratoire, le projet de 24 mois reconnu fin 2012 sur les « Fortunes et Avatars de la Facétie entre France et Italie », a renforcé la synergie entre les chercheurs d’EQuIL à travers l’organisation de deux colloques importants à Clermont-Ferrand, Rire et contacts de culture entre France et Italie et Traduire le mot d’esprit : pour une géographie du rire à la Renaissance, organisé par Nora Viet, en collaboration avec l’Atelier XVIe siècle de l’Université-Paris-Sorbonne, sur les aspects proprement linguistiques des transferts littéraires européens. Ce projet FACEF a bénéficié de la reconnaissance du labex COMOD et il a inspiré le développement spécifique d’un projet d’humanités numériques centré sur l’exploitation du fonds facétieux de la bibliothèque de Chantilly dans le cadre du labex OBVIL de la Sorbonne. Il a fait l’objet de présentations régulières dans les congrès de la RSA, confortant un axe spécifique de recherches sur l’imaginaire politique et social du « Rire des souverains », susceptible de s’intégrer aux axes de l’IHRIM et un travail d’herméneutique littéraire en collaboration avec le professeur Tom Conley de l’université d’Harvard sur « Lire Montaigne en éclats ».

La politique éditoriale dynamique de l’axe EQuIL est attestée par la production de la collection « Littérature » du CERHAC en association ponctuelle avec la collection « Volcaniques », toujours susceptible d’accueillir des travaux sur la philosophie de la nature. Les passerelles entre l’enseignement et la formation à l’herméneutique littéraire mises en place dans les volumes publiés autour des programmes de l’agrégation de Lettres Modernes appellent aussi des prolongements, tout autant que le développement des éditions savantes et leur évolution vers les formes et les possibilités nouvelles de l’âge numérique.

Les collaborations internationales développées par les membres d’EQuIL sont nées de convergences scientifiques spécifiques autant que de la logique méthodologique propre à des recherches interculturelles prenant en compte des mutations intellectuelles et imaginaires inhérentes à l’accélération des échanges historiques, géographiques et techniques à partir de la Renaissance : les relations entre la France et l’Italie ont été au cœur des travaux du projet FACEF et d’opérations originales initiées par Donatella Bisconti (« Gianfranco Contini entre France et Italie : philologie et critique » ; « Regards croisés France-Italie, Macerata ») cependant que Nora Viet a ouvert un axe franco-allemand en intégrant Equil dans un projet MSH « Wende und Wandel : dire et penser le changement dans le monde germanique ». Les relations privilégiées par EQuiL avec des bibliothèques prestigieuses (Chantilly, Houghton Library) et des spécialistes de l’histoire du livre à la Renaissance (Udine) constituent un potentiel précieux susceptible de bénéficier à l’ensemble de l’IHRIM.